// - FROMAGE DE TÊTE - amuse-gueule, anaphore...
FROMAGE DE TÊTE - amuse-gueule, anaphore...

..insomnie d'une nuit d'été

~

Que la vie est brève et la mort éternelle, quand je suis,  mort.

Que malgré les apparences les vivants sont plus nombreux que les morts.
Que le problème avec
 la  mort est de ne pas pouvoir la décrire.

Que le peut-être ne sache dire oui ni le poète sache dire peut-être.

Que le oui d’un peut-être est le peut-être d’un non.

                                            Que la pensée puisse s’ériger par bêtise et la bêtise par pensée.

~

Que dans le mot psychanalyse se trouve le miroir.

Qu’il y ait des zygotes zigotos.

Que l’intelligence soit dans les doigts, surtout dans le pouce.

Que le pouce se mette dans l’œil.

Que des vivants il ne reste que des morts.

Que le transfert post excommunication se fonde sur la rupture, ce pourquoi il fit École.

Que les morts n’ont pas d’ombre sauf  du vivant.

Que pour gagner la mort il faut perdre la bataille à vie.

Que l’homme parle pour ne pas se taire et se tait d’avoir parlé.

Que le tigre mange l’agneau parce qu’il peut.

Que pouvoir est pouvoir.

                            Que les vieux arpentent les ruelles du village et errent les chemins écartés pour ne pas s’oublier.

~

Que je vis ma mère se dissoudre dans la mort dans un soupire rauque.

Que Goethe pratiquait la goétie.

~

Que l’élégance du conservatisme dégénère en vulgaire méchanceté.

Que la différence entre la vulgarisation scientifique et la  philosophique est que la dernière vite devient imbécile.

Que rien ne vaut, parait-il, une profonde superficialité.

Que le philosophe à moral variable existe.

~

Que pour réinventer il faut d’abord inventer, désinventer étant impossible.

Que la création présuppose le néant.

Que la dénégation a les fesses entre deux chaises.

Que l’important du oui est le non.

Que l’infini se  mesure à petits pas.

Que parler pour ne rien dire n’existe pas.

Que par licite lâcheté parler ne comble  les lacunes de l’écrit.

Que l’étoffe  de l’écrit est tissée de l’inavouable.

~

Que corriger est  gommer  le signifiant. Qu’on  n’arrive pas:

Qu’aurait fait Freud sinon avec  Schreber ou Leonardo ?

~

Que l’aveu passe  parfois par désaveu.

Que Dieu fut surpris, la Genèse le montre, et surpris de l’être.

Qu’Il nous laisse nous débrouiller avec le réel et tant pis pour nous.

Que la perfection languit de l’imparfaite.

Qu’entre dire et dire vrai il y a un mot et mille manières.

Que comment concilier jouissance et interdit ?

~

Que rien de plus affreux qu’un fallacieux aphorisme.

Que sacré cadeau la connaissance qui rime avec jouissance.

Que l’automne est la saison des feuilles mortes et l’angoisse des feuilles blanches.

Que le poète meurt parfois jeune pour ne pas nuire à son œuvre.

~

Qu’Adam ? Bon pour sa pomme !

~

Que le père idéalisé finis par idélasser.

Que le symbolique est du symbolaïc.

Que  pathologie est partout et passepartout.

Que psychanalyse rime avec avise et clinique avec pratique.

Que désir cherche à se nier pour ne pas se réaliser.

~

Que ce que du non compte c’est le oui . Ce pourquoi sans Dieu rien n’est possible.

Que nous prions pour confirmer Sa surdité.

Qu’Homme apprit Dieu  la surprise, Qui désormais dort d’un œil.

~

Qu’une étoile éteinte est un désastre.

Que les vers mal ordonnés marchent à contrepied et vers la catastrophe.

Que des iniques il y a guère des ludiques.

Que si cela vous étonne que guerre soit parole teutonne.

Que le devin ne soit divin.

Que l’Oracle ne fasse miracles.

~

Que le laid serait beau or le beau jamais laid.

Que le destin soit destin.

Que l’amour se mesure à compte-gouttes et la haine à l’appel.

Que la tète d’une épingle soit des anges le salon de danse .

Que la lune ne change de visage.

Que la lumière invisible rende les choses visibles.

Que le miroir ne reflète que fantômes.

~

Que l’indicible soit dit.

Que la métaphore existe.

Que la rose soit lèvres et la perle dents.

Que le commun sorte du comme un.

Que le réel soit réel.

~

Que l’ennemi de hier soit d’aujourd’hui l’ennemi.

Qu'Écho nous fasse attendre et Psyché non.

Que l’absolu soit lumière.

Qu’une équation soit solution et qu’elle puisse se lire prosaïquement à l’envers.

Que les vers aient pieds et le poète paroles.

Que le compris comprenne et le contenu contienne.

Que la peine capitale est bien nommée qui nous fait perdre la tête.

~

Qu’un psychanalyste peut être aveugle, pas sourd.

Que le monde est si petit qu’Afghanistan est au centre et si grand que Palestine est en banlieue.

Que je ne suis théologique, juste logique.

Que dénouer soit trancher lentement, par tranches.

Que l’abstraction puisse survivre au réel.

Que le délire de Segismundo n’est que de l’ire.

Que c’est beau quand Bach joue Gould ! Que c'est triste quand Gould joue avec Bach!

Que le corps n’admet qu’un seul locataire.

Que si tout était génome nous serions gnomes. 

Que de couleuvres !

Que de mots !


elton anglada





Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^